La onzième mention sur le casier judiciaire d’un Fontainois de 20 ans s’est vraisemblablement jouée à un mot : “vive”. Un mot qui lui a valu, ce jeudi 10 octobre après-midi, d’être condamné pour “apologie du terrorisme” à trois mois de prison assortis d’un sursis mise à l’épreuve.

Lire la suite


https://www.ledauphine.com/isere-sud/2019/10/11/daesh-et-biere-ne-font-pas-bon-menage.