Les casseurs se sont encore une fois invités. Ils ont causé encore plus de dégâts que la semaine dernière.

Le maire des stéphanois est d’autant plus en colère qu’après les saccages du 1er décembre, il a alerté les pouvoirs publics à de nombreuses reprises, cette semaine, pour leur dire que le nombre de policiers et gendarmes mobilisés ce samedi était insuffisant pour sécuriser la ville.

Il juge que, comme samedi dernier, les dégâts ne sont pas le fait des gilets jaunes mais des 100 ou 200 casseurs qui sont venus perturber la fin de la manifestation.

La préfecture, elle ne risquait rien !

Le bilan sera sans doute pire que la semaine dernière où les services de la ville estimaient les dégradations de mobilier urbain à 200 mille euros. Sans oublier les préjudices subis par les commerces.

Cette fois-ci, au moins sept boutiques ont été pillées, notamment celles de Free, Orange et une bijouterie.

-France bleu

Vu sur France bleu. fr