À l’appel de la CGT et du comité des usagers de l’hôpital de Douarnenez, 200 personnes ont participé, ce samedi, à la manifestation qui demandait le rétablissement total du Smur à Douarnenez, « sans délai ».

S’adressant aux personnes rassemblées sur la place Paul-Stéphan, massées sous les parapluies, Yves Jardin a rappelé l’importance à ses yeux de « défendre la ligne de Smur de notre hôpital en particulier et le service public hospitalier en général ».

Et le militant d’égrener les exemples de fermetures de services ou de structures un peu partout en France, rappelant « qu’il y a entre 25 % et 30 % de postes vacants de médecins dans les hôpitaux publics en France ».

« Devant la pénurie inquiétante de médecins urgentistes, nous craignons que le retrait de la ligne Smur de l’hôpital de Douarnenez, la nuit et les jours fériés, ne devienne définitif, voire qu’il n’y ait plus du tout, à terme, de ligne de Smur à Douarnenez », a insisté Yves Jardin, rappelant le manque d’anesthésistes qui a récemment conduit à la fermeture définitive de la chirurgie.

« Nous ne pouvons accepter que la gestion de la pénurie tienne lieu de politique de santé ».

La Capiste Carine Thomas, nouvelle secrétaire CGT de l’hôpital, s’est ensuite exprimée avec force pour le retour du Smur à Douarnenez 24 h sur 24 et « tout de suite ! », ainsi que pour « le maintien de tous les services publics de proximité », rejoignant ainsi l’une des revendications des Gilets jaunes, qui étaient venus à une poignée se joindre à cette manifestation.

« Éloigner les personnes de l’accès aux soins, on le sait, c’est s’assurer que certains cesseront de se soigner », a encore déploré la syndicaliste, très applaudie.

La manifestation s’est disloquée à 15 h 30 dans l’enceinte de l’hôpital, dans le plus grand calme.

-le télégramme

Vu sur le télégramme. fr