Les artisans du BTP qui stationnent devant le dépôt pétrolier de Brest depuis jeudi matin ne sont pas disposés à lever le camp.

« Contrairement à la semaine dernière où nous étions partis le vendredi soir, nous avons l’intention de poursuivre le mouvement dans la durée », expliquait vendredi matin Bruno Corre, un des leaders de ce mouvement né de la suppression de la défiscalisation du Gazole non routier (GNR) utilisé par les engins de chantier.

Pour rappel, le prix de ce carburant passerait de 0,80 € à 1,30 € à partir du 1 er janvier, mettant en danger la trésorerie de nombreuses entreprises.

« On a tout ce qu’il faut. Des cabanes de chantier pour nous abriter et nos engins pour dormir », assure Bruno Corre…

-le télégramme

Vu sur le télégramme. fr