C’est l’histoire d’un jeune homme de 25 ans pris dans l’engrenage judiciaire.

Du jour au lendemain, il s’est retrouvé en détention provisoire (alors qu’il n’avait jamais été détenu), après s’être vu désigner comme l’un des protagonistes du vol d’un sac renfermant 100 000 euros de bijoux en plein cœur de Paris.

Incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), il a finalement été libéré après quatre mois passés derrière les barreaux, avant de bénéficier d’un non-lieu.

Le 5 novembre dernier, la cour d’appel de Paris a reconnu qu’il avait subi une détention provisoire abusive et lui a octroyé la somme de 16 000 euros en réparation de son préjudice.

Les juges ont estimé qu’il avait « subi un choc psychologique certain » lors de son incarcération. « Il justifie de conditions de détention particulièrement difficiles à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis qui faisait l’objet d’une surpopulation atteignant un seuil critique au moment de son incarcération », ont encore souligné les magistrats de la cour d’appel de Paris dans leur arrêt.

L’affaire qui lui a valu ce « séjour » derrière les barreaux remonte au 5 mars 2016.

-le point

Vu sur le point. fr